La réponse de Macron

On l’a attendue. Je crois que ce que je retiendrai de cette semaine c’est la mort de Jean-Pierre Marielle. Rien du côté de la présidence ne m’a semblé intéressant. C’est toujours aussi vide de confrontation et ça n’est qu’une affirmation de la ligne directrice déjà connue. En gros ce que Manu retient c’est : j’ai entendu votre malaise, je vais frapper plus fort histoire de l’entendre moins fort (parce qu’il me gêne, bordel).

Les impôts

“On paie trop des nimpôts” (un Français)

C’est la ritournelle habituelle. Pour répondre à ce qu’il croit être la préoccupation principale, le président répond “je vais baisser les impôts mais pour que ce soit faisable il va falloir réduire les services publics et travailler plus”. Vous la voyez venir la réponse ? Tournez-vous, elle est derrière. Je ne pense pas que les Français sont unanimement convaincus de payer trop d’impôts. Je pense qu’ils sont écœurés que des personnes richissimes n’en paient presque pas, ou en tout cas moins qu’eux. En fin de compte, le problème n’est pas le montant de l’impôt mais sa répartition. Ici, Macron prétend vouloir alléger l’impôt sur le revenu du travail… effectivement, l’impôt sur les valeurs mobilières a déjà sacrément baissé (non prise en compte dans la nouvelle ISF et plafonnée avec le PFU pour les dividendes des actionnaires). Au niveau des impôts donc : rien de neuf. Par contre, il va falloir travailler plus ? Qu’est -ce que cela veut dire quand dans le même temps on défiscalise les heures supplémentaires ? Je suis curieux de voir la mécanique qui sera mise en place.

Services publics

On décentralise les services publics. Intention louable mais qui se fait sans financement local… autrement dit, l’État se désengage et refile le bébé aux collectivités (régions…) mais garde l’argent qui rentre. On enlève des fonctionnaires au niveau de l’État et on met les forces vives localement… mais sous quel statut ? Fonctionnaires ? Droit privé ? Serait-ce l’occasion de privatiser des services publics ? Non, ce n’est pas genre de la maison.

Une certaine vision de la démocratie

Une approche étrange consisterait à prendre au hasard 150 personnes parmi les électeurs, et en faire un think tank en mode intelligence collective. Perso j’avais imaginé qu’on allait élire de manière représentative des gens pour qu’ils défendent les intérêts locaux au niveau du national… mais c’est tellement “démocratie représentative”, ce n’est pas une idée assez disruptive.

Il ne calme pas le jeu !

C’est finalement ce que je retiens. Il tient la barre, en prétendant être à l’écoute des Français. Dans les faits il continue sa lancée, en ne faisant que confirmer ses intentions déjà connues (fiscalité, travail, services publics) et sans rien annoncer de concret au niveau du climat ou de la justice sociale… et sans même évoquer les gilets jaunes qui sont quand même la raison pour laquelle il s’est senti obligé de répondre à des questions des journalistes (qu’il n’aime pas, qu’il n’a jamais aimés).

Tout ça pour ça…