Mediapart – un média d’utilité publique

Evidemment ils peuvent agaçer certains… souvent ceux qui sont visés par leurs articles. Mais on ne peut enlever une qualité à ce journal indépendant (au moins financièrement), c’est la démarche profondément journalistique. Nombre d’affaires graves, portant atteinte à la transparence exigée par une république démocratique comme la nôtre, seraient restées enfouies sans la ténacité et le professionnalisme de Mediapart. Etant abonne dépuis un bon moment maintenant, j’ai suffisamment de recul pour affirmer que ce journal n’est ni de droite ni de gauche, il est citoyen…

Mediapart rencontre une difficulté de taille. Alors que la presse écrite (papier) dispose d’une TVA réduite à 2%, Mediapart serait obligé de payer une TVA de 20% (19,6% auparavant). Ce journal avait engagé un bras de fer et décidé de payer la TVA réduite comptant sur la capacité de l’administration à comprendre une situation ubuesque, et la rectifier… c’était être optimiste, beaucoup trop optimiste. Le Trésor Public réclame maintenant plus de 4 millions d’euros d’arriérés à Mediapart, qui n’est bien sûr pas en capacité de payer sans mettre en grand danger son activité. C’est là que le citoyen doit s’engager, s’engager pour la liberté de la presse et pour son autonomie, en particulier à l’heure où quelques milliardaires se payent des journaux par paquet de dix…

Pour faire un don (avec 66% de crédit d’impôt à la clé, c’est à prendre en compte dans le montant que vous souhaitez verser), c’est sur ce site.
Il ne s’agit pas ici de ne soutenir que des gens, une entreprise… il s’agit aussi de soutenir un principe.