The Incredible Melting Man

Quand c’est au chocolat, un fondant c’est super. Quand c’est de l’astronaute, ça manque de charme au premier abord. Quand en plus le film vous donne envie de prendre soin de votre peau, ça vaut le coup d’en parler. Plus sérieusement, ce film d’exploitation (grindhouse à fond) a été tourné avec quelques dollars et quatorze jours de travail, et le résultat n’a rien de honteux.

Un astronaute se prend une dose de radiations lors d’une mission dans l’espace, et se réveille à l’hôpital avec les mains et le visage sacrément ravagés. Comme ça le chamboule un peu, il s’échappe et commence une promenade au grand air où (presque) chaque rencontre lui permet de se découvrir une force physique augmentée et un appétit anthropophage qu’il ne se connaissait pas. Seul bémol : il fond. Littéralement. Comme toute l’affaire est “secret défense”, c’est son médecin et un général qui se coltinent la chasse à l’homme, le pistant grâces aux victimes démembrées qu’il laisse derrière lui.

Melting Man 1 incredible_melting_man_01

C’est gore mais pas tant que ça (enfin, vous avez vu pire, je suis sûr), mais ce qui est plus inhabituel, c’est qu’on s’attache au personnage principal : l’homme qui fond. Sa situation est tellement horrible, c’est tellement un coup de pas de bol, qu’on lui excuse même de s’attaquer à deux vieux qui de toutes façons sont agaçants (et rigolos, OK…). C’est pas mal filmé du tout et je trouve les personnages convaincants même s’ils répondent parfaitement aux poncifs du genre (c’est pas un mal).  Et puis la fin est bien amenée, on attend presque un petit twist qui ne vient pas mais encore une fois c’est loin d’être honteux. Je suis assez surpris par les critiques trouvées sur le net, qui descendent le film sans vraiment argumenter d’ailleurs, j’ai pris du plaisir avec un film gore old-school (pas de numérique ici, on est en 1977 !), et qui raconte quelque chose. Les errances du malheureux sur fond de coucher de soleil ne sont jamais de trop, et on appréciera la touche d’humour dans les répliques (je l’ai vu en VO sans sous-titres, je ne sais pas à quoi ressemble la VF). On en trouve même une édition Blu-Ray pour une vingtaine d’euros… bon honnêtement ça les vaut pas… mais pour une dizaine d’euros ça le ferait bien !p5175_p_v7_aa