De migrants à réfugiés

Il suffit  de changer le discours politique et (du coup) médiatique pour que soudainement l’opinion publique semble accepter mieux l’arrivée en Europe de personnes qui fuient la misère et la guerre. Il y a quelques semaines, on parlait de migrants, maintenant ils sont réfugiés.

Soyons clairs, je préfère ça ! J’en avais marre de voir à longueur de commentaire des réflexions du genre “ils devraient rester chez eux”, “on a déjà assez de pauvres chez nous”… Oh, ces assertions n’ont pas toutes disparu, mais on sent dans l’opinion une hausse de la côte du migrant. D’indésirables, ils sont devenus secourables. Et pour cela il a suffit que les termes massivement utilisés dans les médias changent. C’est de la “positive attitude” en somme : dites nous qu’il faut annihiler le code du travail pour aider les entreprises à embaucher, et on ne bougera pas le petit doigt quand ça arrivera vraiment.

Qui aurait cru que la photo d’un enfant mort ferait bouger les choses, alors que depuis des mois ils sont des milliers à mourir noyés ? Rappelez-vous ces “migrants-réfugiés” morts échoués sur une plage italienne, à côté des touristes qui faisaient bronzette !

Ce que je dénonce ici, c’est bien l’hypocrisie politique, et l’attitude très “voix de son maître” des mass-medias. Non pas que ce soit une nouveauté, mais toute cette grandeur d’âme du jour au lendemain ça m’énerve autant que ça me réjouit… ou plus l’un que l’autre en fait.

Edit du 15/09 : les commentaires “on n’aime pas les migrants ils vont coûter de l’argent” refont surface… la trève a été de courte durée.