Drag me to Hell – Epouvante maîtrisée

Ce film n’est effectivement pas une nouveauté. Je l’avais vu au cinéma en 2009 lors de sa sortie, puis via une source moins légale il y a quelques années, pour enfin acheter le blu-ray tout récemment. Réalisé par Sam Raimi, artisan old school de l’horreur rigolo (Evil Dead) mais aussi réalisateur expérimenté et auteur de blockbusters réussis (Spiderman), c’était une sorte de retour à un cinéma plus indépendant, et probablement à un film plus personnel.

Le plot est classique : une femme à qui tout sourit enfin après une jeunesse difficile de campagnarde rondouillarde se fache avec une vieille gitane qui finit par lui jeter un sort, sous forme de malédiction. Dans trois jours, un démon (le Lamia) viendra la chercher pour l’emmener en enfer. Mais ces trois jours ne seront pas de tout repos, parce que le Lamia a pour habitude de harceler ses victimes

drag-me-to-hell-still.preview

La Ganush n’est pas commode

Elle fera évidemment son possible pour se débarrasser de cette malédiction, mais y parviendra-t-elle ?

Ce qui est génial et jouissif dans ce film, c’est d’une part le rythme, incroyablement soutenu ; l’épouvante qu’il provoque : il s’agit vraiment d’un film qui fait peur ; l’authenticité et l’utilisation assez large de marionnettes, une signature Greg Nicotero qu’on ne présente plus. Les acteurs ne sont pas vraiment remarquables, Alison Lohman qui tient le rôle principal a beau être mignonne comme tout et dégager un charme naïf indéniable, elle convainct peu. Son compagnon, Justin Long, a une expérience ciné un peu plus conséquente (Dodgeball par exemple) sans que cela en fasse un homme au charisme éblouissant. Lorna Raver, qui joue la vieille Mme Ganush, est quant à elle incroyablement dans le ton, avec un rôle pourtant pas facile.

Plutôt mal noté, ce film n’en est pas moins une réussite. Je n’avais pas vu de film vraiment flippant depuis un bon moment. A 15€ le blu-ray environ, ce serait bête de vous priver !