Non, les Roms ne vous volent pas

Depuis quelques années, on sent une tension envers les Roms. Bien sûr cette tension n’est pas nouvelle, parce que cette population lointainement issue du sous-continent indien n’a fait qu’être rejetée tout au long de son histoire, qui se résume donc à une fuite vers l’Ouest au fil des siècles. Les racistes de tous poils, mais aussi les cerveaux-lents ont pris pour cible ces pauvres gens installées autour de nos grandes villes dans lesquelles la richesse s’accumule et se gâche.

Je tiens ici à rassurer Mme Michu (citoyen lambda) : les Roms ne viennent pas vous voler. Ils sont 15 à 20 000 en France, autant dire une poignée quand on sait qu’ils s’installent près de cités de centaines de milliers (voire de millions) d’âmes plus ou moins respectables. On pointe du doigt ces milliers de gens sous pretexte qu’ils ne vivent pas “comme nous”, qu’ils sont sales, qu’ils ne “veulent” pas s’intégrer… D’abord : ils n’ont pas choisi ce mode de vie. L’extrême pauvreté n’est jamais un choix (ou alors faut en tenir une sacrée…). Ils sont sales parce que visiblement on sait mettre des douches portatives au fin fond du trou du cul du monde, mais pas en bordure de nos grandes villes, ce qui serait pourtant une action allant dans le sens de la salubrité publique, et ils veulent s’intégrer. C’est même l’essentiel de leur recherche. S’ils viennent en France, c’est pour une vie meilleure, et pas pour “profiter” du système (dont ils ne profitent pas d’ailleurs, puisqu’ils ne peuvent prétendre à aucune aide… seule la solidarité les sauve). Certains envoient leurs enfants à l’école, pour qu’ils apprennent autant que possible le français, pour qu’ils puissent espérer un jour accéder à une formation, un métier, une vie. Bizarrement on tolère nos SDF bien français (qui sont quand même plus de 140 000), mais pas ceux-là… La différence ? Ils sont “étrangers”. Il s’agit donc bien d’une vision raciste. Enlevez vos masques, assumez vos idées discriminantes et arrêtez de vous cacher derrière une prétendue incapacité économique qu’aurait la France à prendre en compte ces gens dans la misère. 15 à 20 000 personnes… une poignée parmi les pauvres. La France est un pays riche, contrairement à ce qu’en disent les économistes de mauvaise augure qui veulent surtout assurer les dividendes des certains (les leurs, aussi), endettée peut-être (même si l’existence même de cette dette pourrait être contestée, n’est-elle pas articifiellement créée pour faire vivre la finance ?), mais suffisamment riche.