L’alternative au téléchargement… ?

vod

 C’est pas d’aujourd’hui, mais parler d’offre légale quand on évoque les films et séries est un sujet d’une rigidité effarante. Les ayant-droits ne sont pas tous sur la même longueur d’onde, les distributeurs ont peur (à raison) d’une pérénité mise à mal si le téléchargement illégal (ou le streaming) ne cesse pas, et les utilisateurs eux-mêmes sont partagés, d’aucuns refusant catégoriquement de donner un kopek pour un film (mais pas de poblème pour acheter des clopes…) alors que d’autres seraient tout à fait partant pour un abonnement si le contenu et l’accessibilité sont au rendez-vous. Bref, ça a tout du débat sans fin animé de trolls en tous genres (les forum en rafollent).

Je suis tombé sur un article de PC INpact qui traite d’un sujet posté sur le blog de Klaire qui a pris le temps de tester l’offre légale proposée sous le label PUR (Promo des Usages Responsables). Le résultat est très dur, puisque de nombreuses offres estampillées PUR sont en fait au mieux minables (en quantité et en qualité), et au pire ne fonctionnent pas (techniquement parlant, ou commercialement d’ailleurs). La Hadopi a pris la peine de répondre sur son blog, en relayant les réponses des sociétés responsables des sites incriminés. Je vous invite à survoler (soyons fous : lire) les réponses, toutes aussi incroyables les unes que les autres même si empreintes d’honnêteté sur l’incapacité à fournir un service (soyons fous encore : de qualité). Entre ceux qui ont un problème technique passager (pas de bol…), ceux qui ont été piratés (vraiment pas de bol…), ceux qui savent que ça marche pas mais y travaillent (et tout sera fonctionnel un jour, d’ici quelques mois… ou pas), on est face à une magnifique sélection de bras cassés qui se sont probablement engoufrés dans le créneau de “l’offre légale” sans en avoir vraiment les moyens (financiers ? techniques ?).

Le résultat est sans appel : on zappe.

Je ne cautionne pas le téléchargement illégal, je l’ai peut-être déjà dit ici-même sur ce blog (je radote souvent), mais qu’est-ce qu’on a à mettre en face ? Au mieux, la VOD accessible via les FAI, où vous pouvez louer un film  3 ou 4€ avec une qualité digne d’une VHS ou d’un DVD de fond de bac à 1€. Et je ne parle même pas de trouver un film récent en VO ! Globalement, c’est très décevant.

L’industrie de la diffusion va devoir baisser son pantalon. On va doucement vers la fin de la diffusion télé, vers une offre “télé connectée” ou la notion de chaîne disparaît et où le programme est celui dont a envie le téléspectateur à un instant. Ce ne sera plus “qu’est-ce qu’il y a à la télé ce soir ?” mais “que veut-on regarder maintenant ?”. La réponse à cette question passe presque toujours par un coup d’oeil sur le Net, pour trouver le film ou documentaire qui nous fait envie, et l’idée saugrenue d’aller regarder le catalogue VOD (souvent péniblement, avec une ergonomie d’un Internet de 1995) vient bien souvent en dernier recours. Je disais “baisser son pantalon”… parce qu’il faut peut-être accepter de gagner moins sur une diffusion, pour en vendre plus. Il va falloir souffrir pour mettre le premier coup de pédale. J’ai bien conscience dans le même temps que la situation économique actuelle n’est particulièrement pas propice à ce genre d’efforts… Si j’avais la solution, vous seriez les premiers à le savoir ou presque.