The Expandables, all-star sans histoire

Après un John Rambo pour le moins bourrin, j’avais mis de gros espoirs dans ce nouveau métrage de Sylvester Stallone.  Surtout que le casting était idyllique, quasi parfait pour les amateurs de testostérones des années 80 et 90 (encore que l’on ait un peu joué sur la présence de Schwarzy ou de Bruce Willis, alors que ces deux là ne font qu’une apparition). Mon sentiment est partagé au final, pour quelques raisons :

• Il manque Steven Seagal
• Stalone ne ressemble à rien avec sa pilosité faciale
• Statham lui vole la vedette sans effort
• Dolph Lundgren meure trop vite (et je n’en dis pas plus pour éviter le spoiler)

J’oubliais de préciser qu’il n’y avait pas de scénario, mais ça honnêtement ce n’est pas le sujet. Le coeur de tout ça c’est l’action. 100% action continue, très peu de blabla, du coup des personnages pas franchement fouillés, tout ça est très superficiel et même si les gaziers s’y entendent en désoudage, il faut avouer que c’est moins jusqu’au-boutiste que le dernier Rambo en date (qui avait placé la barre très haut).

Ajoutons à ça une tenue de caméra pas franchement originale ni formidable et vous aurez l’impression d’un film avec une bonne intention de franche rigolade au départ, mais qui révèle surtout qu’il est difficile de faire cohabiter tant de stars dans un même film. C’était une aventure à tenter, mais le résultat est très en dessous de ce qu’on pouvait espérer, avec un film jamais réellement trippant, souvent cliché (encore que ça soit peut-être voulu) et surtout qui n’a aucune histoire à exploiter ! Statham a son rôle de bourrin décérébré et tous les autres acteurs sont sous-exploités au possible.

The Expandables est certes décevant, mais devrait quand même permettre à nombre de fans de films sans cervelles mais à haute teneur en explosion et à tartes dans la gueule de trouver un bon moment de plaisir. Choisissez votre camp !