Ouvertures faciles et Tetrapaks

Le site "Ouverture Facile"

Le site "Ouverture Facile"

Merci de relire l’article sur la Loi de Murphy (ou plus précisément sur la loi de Finagle), c’est dans la série. Je suis un handicapé des ouvertures faciles et des tetrapaks. Comprenez par là que jamais je ne parviens à utiliser comme il faut une ouverture dite facile. Encore ce matin, une boite de sucres en morceaux a préféré se déchirer n’importe comment plutôt que s’ouvrir en suivant les pointillés. Alors je me pose légitimement une question : quel est le c** qu’a pondu cette idée d’ouverture facile ? La loi de l’emmerdement maximum m’avait prévenue. Je suis du genre optimiste, et je tente toujours ma chance en tirant sur la languette avant de renoncer et d’utiliser le premier instrument tranchant à portée de main… Le couteau ou la paire de ciseaux reste mon arme favorite.

Si vous faites une recherche sur Internet, vous constaterez qu’ “Ouverture Facile” est un jeu d’énigmes en Flash à difficulté croissante (jeu fort intéressant quoi qu’agaçant, en ce qui me concerne), j’ai l’impression que Fleury Michon a travaillé sur un niveau 10 avant de mettre sur le marché son jambon sans couenne…

J’aborde rapidement le cas des Tetrapaks. Sur le modèle de base, il n’y a aucun “trou”, et c’est au consommateur de travailler du ciseau (par paire) pour permettre au liquide de s’échapper. Dans ce cas, on pratique un trou de chaque côté pour permettre à l’air extérieur de venir combler l’espace laissé vide par la liquide, et ainsi éviter les “blougs blougs” dévastateurs appelés aussi les “p***** de s****** de m****”. Certains industriels ont pensé aux personnnes qui ne peuvent (ou ne veulent) pas utiliser la paire de ciseaux et ils ont mis en place un “bouchon”. Malheureusement ce bouchon permet d’évacuer le contenu sans que l’air ne puisse entrer dans le contenant en lieu et place (vous me suivez ?). Le bilan : on en fout plein partout. Je ne vais pas m’étendre sur le fait que le Tetrapak est souple, vous imaginez bien que ce manque de tenue entraîne aussi son lot de problèmes.

Je demande donc un retour aux bouteilles de lait (“dis c’est quoi cette bouteille de lait ?”), en vrai, en dur. Et pour les ouvertures faciles, ne vous embêtez plus chers industriels, ça fait longtemps qu’on a pris l’habitude d’avoir une paire de ciseaux sous la main, ou un couteau à steacks bien aiguisé (mais là c’est risqué, parce que j’ai un autre handicap : je me coupe à peu près à tout ce qui est capable de couper… et même plus).