A voir : The Ruins (2008)

The Ruins

Carter Smith, ou comment passer de la photo fashion à la réalisation d’un film gore à tendance survival ? Parlons en tiens, un survival où les héros ne courent jamais et ne se font pour ainsi dire jamais poursuivre, ça c’est original… est-ce vraiment un survival du coup ? Film gore écolo qui prône le “touchez pas à ma plante”, The Ruins (traduit avec habilité et justesse – pour une fois – en Français par “Les Ruines“) a fait un passage éclair au cinéma en juin dernier, mais c’est avec sa sortie DVD que vous aurez plus de chance de pouvoir y jeter un oeil, et même les deux pour le coup puisque ça vaut le détour.

Plot : un groupe de jeunes en vacances au Mexique rencontrent un gars qui les invite à retrouver son frère archéologue sur un site Maya fraichement découvert. Une fois sur place ils vont se rendre compte que cet endroit est comme contaminé, une plante carnivore se faufile partout et se nourrit des imprudents alors qu’un groupe d’autochtone fait son possible pour empêcher les visiteurs de s’échapper, ce qui permettrait à ladite plante de contaminer le reste du monde (voyons grand).

L’idée en elle-même n’est pas conne et le traitement de l’histoire va dans des recoins gore décomplexés comme on aimerait en voir plus souvent, n’hésitant pas à mettre mal à l’aise à coup d’auto-mutilation et autres effets de couteau pour le moins tranchants. La photo est particulièrement soignée et sans tomber dans l’excés Carter Smith arrive à filmer les scènes sanglantes avec une approche réaliste, qui fait qu’à aucun moment tout ça va sembler ridicule. The Ruins a ce côté terrible de l’ennemi d’abord invisible puis invincible. Il ne s’agit pas d’un malade mental ou d’un revenant à qui il suffit de couper la tête, ici la seule solution pour s’en sortir, c’est de fuir !

Voilà un bon petit film qui s’affiche sans prétention aucune, qui ne cherche pas à être consensuel et qui surtout n’a aucun complexe par rapport au sujet et à la façon de le mettre en scène. Ce traitement radical ne sera pas du goût de tout le monde, on pourrait penser que certaines scènes sont jusqu’au-boutistes inutilement, mais il faut savoir ce qu’on veut : du gore, ou pas.

Carter Smith fait une entrée discrète au yeux du grand public dans le monde du long métrage, mais à coup sûr il va être surveillé du coin de l’oeil par les fans du cinéma de genre. The Ruins est donc disponible en DVD avec quelques bonus dont une fin alternative, dispo également en Blu-Ray.