Mirrors, par Alexandre Aja

Ca fait un moment qu’on n’avait pas mis les pieds au cinéma. Depuis le dernier Batman en fait. Alexandre Aja sort un film, voilà une bonne raison de se bouger, après tout on avait beaucoup aimé son “The Hill have Eyes” revisité et brutalisé… Direction le Kinepolis de Lomme pour une projection de “Mirrors“, un remake (lui aussi) d’un film coréen, en projection numérique HDDC qui permet une qualité d’image et de son irréprochable, sans aucun tremblement, j’avoue ne pas avoir perçu de différence notable mais l’expérience sera à renouveler.

“Mirrors”, c’est l’histoire d’un ancien flic reconverti en gardien de nuit, il a pour mission de surveiller un ancien grand magasin new-yorkais détruit par le feu cinq années auparavant. Il va découvrir des miroirs hantés, et des secrets enfouis qu’il faudra déterrer pour se défaire de cette dangereusement malédiction.

Un synopsis très banal, c’est vrai, le thème abordé est un peu facile et on pourra faire des rapprochements avec de nombreux films asiatiques, mais aussi avec des longs métrages comme “Poltergeist” par exemple, en tout cas certaines scènes m’y font penser. C’est d’ailleurs le scénario qui pèche sur ce “Mirrors”, parce que Alexandre Aja ne s’est pas loupé sur le travail de photo et sur les effets. Visuellement c’est impressionnant et l’ambiance plombée propre aux histoires de fantômes asiatiques est réussie, on aura même droit à quelques scènes sanglantes plaisantes. J’ai un peu senti le réalisateur à l’étroit dans une histoire à la ligne directrice trop prévisible, et les acteurs n’ont pas non plus beaucoup d’émotion à donner, on remarquera le manque d’épaisseur de la prestation de Kiefer Sutherland, le célèbre Jack Bauer de la série “24 Heures Chrono”. Alexandre Aja est fort, le film l’est moins. Semi déception quand même.