Metallica – Death Magnetic. Retour aux sources ?

Death Magnetic

Death Magnetic

Oui, une chronique d’un disque de métal, ici. Mais en fait non. D’abord je ne vais pas faire une “chronique”, je vais juste donner mon avis absolument subjectif ; ensuite il est hors de question que j’intercale une chronique dans ma liste de disques à écouter (à ce jour 41 disques avant fin octobre) sous prétexte qu’il s’agit du nouvel album d’un groupe que j’écoute depuis mon adolescence !

J’avais délaissé METALLICA après le “Garage Inc.”, et là je suis sûr que certains penseront que pour être allé jusque là j’ai été bien indulgent. Je ne m’en suis jamais caché, j’aime beaucoup “Load” et “Reload” pour ce qu’ils sont, sans tenir compte du fait que le groupe qui les a pondus a marqué les années 80 de son speed/thrash et a inventé quelques uns des riffs les plus mémorables, après BLACK SABBATH. Je suis passé sur “St Anger” avec dédain, après lui avoir donné une demie-chance en MP3, le divorce était alors consommé.

J’ai commencé tard, puisque c’est au début des années 90 que METALLICA est arrivé à mes oreilles. J’ai vite remonté le temps et “Master of Puppets” a occupé mon lecteur CD pendant des mois. Ce groupe est en grande partie responsable de mon envie de jouer de la guitare, je ne prétends pas être arrivé à un niveau suffisant pour me comparer à Kirk Hammett ou à James Hetfield pour autant.

Alors quid de “Death Magnetic” ? J’étais sceptique jusqu’à entendre des extraits. Je suis maintenant convaincu : l’album a des défauts mais retrouve quelques unes des qualités de METALLICA, le thrash est revenu, certes un peu diminué par les relents heavy/rock déjà sensibles sur la période “Load” mais il est là, sous le vernis de l’âge des membres du groupe qui n’ont peut-être plus la flamme d’antan, on leur pardonne… les années passent pour tout le monde.

Je l’ai dit, je ne ferai pas une “chronique”, puisque je parle avec le coeur. C’est la première fois depuis très longtemps que je donne autant de temps à un album qui n’est pas dans la liste sans cesse renouvelée de mes chroniques en attente, la première fois que je trouve le plaisir d’écouter un album que je n’aurai pas à disséquer même si finalement par cet article je ne peux m’empêcher d’écrire un avis… pour exprimer ma confiance retrouvée dans ce groupe, dernier vestige vivant avec AC/DC des débuts de mon affirmation musicale.

Les compos sont bonnes, je suis un poil déçu par la production (Rick Rubin), par la voix de James qui ne sait plus donner en puissance mais qui garde ses subtilités acquises avec “Load” et déçu par le son de batterie de Lars mais la batterie n’a jamais été éclatante chez METALLICA. Les morceaux sont un peu longs et Kirk Hammett n’a plus son feeling d’avant, les soli de guitare sont un peu trop relâchés et confus. Je salue enfin l’arrivée de Robert Trujillo qui a maintenant une place dans l’effectif avec des parties basses audibles, mais c’est aussi le premier album qu’il enregistre avec les Four Horsemen, sur le précédent c’était Bob Rock qui avait tenu la “4-cordes”.

“Death Magnetic” est bon, ne plaira pas à tout le monde, mais METALLICA a compris qu’il fallait resserrer les rangs pour retrouver la confiance de ses nombreux fans. METALLICA est là, METALLICA est grand, j’aime METALLICA 😉