Cachez ce sein que Facebook ne saurait voir

Je ne suis pas le premier à le remarquer, Facebook a une façon bien particulière de considérer ce qui est choquant ou pas. Postez une vidéo de décapitation et vous ne serez pas inquiété ; postez une photo de femme en petite tenue (j’imagine que c’est la même chose pour un homme…) et votre compte sera bloqué. Facebook considère plus choquant une paire de fesses qu’un salut nazi alors qu’en ce qui me concerne le choix est vite fait. L’ultime atteinte aux bonnes moeurs est le téton féminin (pas de problème avec le téton masculin) faisant écho aux tabous américains sur la nudité (ou semi-nudité) féminine. Vous avez d’ailleurs peut-être entendu parler de ce mouvement « free the nipples » ayant pour but de pointer (haha) du doigt l’absurdité de cette censure. Ce n’est toutefois pas beaucoup plus idiot que d’interdire le mot en « F » (Fuck, pour les moins anglophones) alors qu’on autorise de nombreuses autres façons d’être ordurier.
Je trouve assez rigolo (et complètement crétin en fait) qu’on discute du port du voile mais qu’on masque un malheureux téton… je ne parle pas d’organes génitaux, mais bien d’une partie du corps qui n’est même pas spécifique à un genre ! D’ailleurs, le téton est interdit, mais pas le sein (qui pour le coup est catégorisé comme caractère sexuel secondaire si je me souviens de mes cours au collège). Pour moi cette discrimination tétonique n’est rien d’autre qu’une réminiscence de position religieuse d’un autre temps. Je ne prêche pas pour qu’on voie des tétons partout, mais je suis absolument d’accord pour qu’on ne sexualise pas la poitrine féminine (ou en tous cas pas plus que le torse masculin). Certains artistes photographes vont même jusqu’à s’auto-censurer mettant un cache téton sur l’origine du vice, pour une meilleure diffusion.

Free the nipples, bordel.