L’Angleterre et la censure

Ce n’est pas forcément un sujet que je suis de près, mais j’ai découvert récemment que la censure était sévère en Angleterre en ce qui concerne les contenus  de films et séries. Depuis quelques années, c’est l’industrie du porno qui est la plus visée avec des interdictions de diffusion de personnes impliquées dans des pratiques sexuelles très spécifiques.

Continuer la lecture de « L’Angleterre et la censure »

Tumblr, dernier espace de liberté

J’exagère peut-être un peu, Tumblr a des règles de fonctionnement et n’accepte pas tout. Mais en tant que plateforme de blog gratuite il faut avouer que ce service de Yahoo est l’un des rares à ne pas censurer systématiquement un bout de téton. Il est même largement plus tolérant que ça puisque sous réserve de marquer le blog comme présentant du contenu adulte, la pornographie y est acceptée. Certains diront que c’est moche et que ça pollue Internet mais il s’agit ici de blogs personnels, et de liberté.

Twitter aussi a une tolérance assez large concernant la pornographie. Seules l’image de profil et la bannière ne doivent rien présenter de choquant, et les tweets doivent être marqués comme “contenu choquant”. Mais peut-on considérer Twitter comme une plateforme de blog ? On utilise le terme “micro-blogging”, c’est déjà bien généreux… 140 caractères n’est clairement pas suffisant pour s’exprimer.

Tumblr propose de diffuser textes, images, vidéos, citations… le tout de manière simple. Ajouter à cela que vous pouvez personnaliser la partie “visiteurs” et lier tout ça à un nom de domaine et vous avez finalement un gestionnaire de contenu ouvert et avec très peu de limitation. Tumblr est pour moi l’un des derniers endroits où il est possible de s’exprimer sur Internet. Facebook est un lieu permanent de contrôle et de censure et la liberté d’expression n’est qu’une impression et avoir son site personnel hébergé professionnellement n’est pas à la portée de tous.

La question qui subsiste c’est : que va devenir Tumblr. Yahoo a bien du mal à savoir quoi en faire. Après l’avoir racheté une fortune il cherche maintenant à s’en débarrasser mais sa valorisation est basse. Cette plateforme a donc un avenir incertain, et sa disparition pourrait laisser bien du monde sur le carreau… j’en serais le premier déçu.

Jetez un œil au menu principal de ce blog pour découvrir les Tumblr associés !

Cachez ce sein que Facebook ne saurait voir

Je ne suis pas le premier à le remarquer, Facebook a une façon bien particulière de considérer ce qui est choquant ou pas. Postez une vidéo de décapitation et vous ne serez pas inquiété ; postez une photo de femme en petite tenue (j’imagine que c’est la même chose pour un homme…) et votre compte sera bloqué. Facebook considère plus choquant une paire de fesses qu’un salut nazi alors qu’en ce qui me concerne le choix est vite fait. L’ultime atteinte aux bonnes moeurs est le téton féminin (pas de problème avec le téton masculin) faisant écho aux tabous américains sur la nudité (ou semi-nudité) féminine. Vous avez d’ailleurs peut-être entendu parler de ce mouvement “free the nipples” ayant pour but de pointer (haha) du doigt l’absurdité de cette censure. Ce n’est toutefois pas beaucoup plus idiot que d’interdire le mot en “F” (Fuck, pour les moins anglophones) alors qu’on autorise de nombreuses autres façons d’être ordurier.
Je trouve assez rigolo (et complètement crétin en fait) qu’on discute du port du voile mais qu’on masque un malheureux téton… je ne parle pas d’organes génitaux, mais bien d’une partie du corps qui n’est même pas spécifique à un genre ! D’ailleurs, le téton est interdit, mais pas le sein (qui pour le coup est catégorisé comme caractère sexuel secondaire si je me souviens de mes cours au collège). Pour moi cette discrimination tétonique n’est rien d’autre qu’une réminiscence de position religieuse d’un autre temps. Je ne prêche pas pour qu’on voie des tétons partout, mais je suis absolument d’accord pour qu’on ne sexualise pas la poitrine féminine (ou en tous cas pas plus que le torse masculin). Certains artistes photographes vont même jusqu’à s’auto-censurer mettant un cache téton sur l’origine du vice, pour une meilleure diffusion.

Free the nipples, bordel.