La guerre des clouds

Je suis toujours impressionné par la quantité d’information qu’on fait transiter par Internet. Entre Youtube, Facebook, Tumblr, Twitter et autres, ce sont des volumes de données incroyables. Forcément, à la maison, on multiplie aussi les copies de sauvegarde et on finit par manquer de place. C’est là que le cloud intervient.

Continuer la lecture de « La guerre des clouds »

Univac 9000, retour aux 60’s

On a toujours un peu de mal à réaliser que l’informatique existait avant Internet. Pour les plus vieux d’entre nous c’est pourtant une évidence. Au milieu des années 60 on n’en était pas aux écrans en couleur et aux disques durs tels qu’on l’entend mais les ordinateurs étaient déjà présents. IBM était là bien sûr, et ils mettaient sur le marché l’Univac 9000 series, qui proposait entre 8 kilo-octets et 16 kilo-octets de mémoire. Tenter de comparer avec les capacités actuelles serait ridicule bien sûr.

En 1966, IBM présentait un prototype de disquette d’une capacité de 2,2 Mega-octets ce qui pour l’époque était gigantesque… voici l’engin :

univac-disc

Wiko Wax… si vous ne cherchez pas un téléphone

wiko-wax-lancement-une

Récemment interpelé par les performances affichées du Wiko Wax, nouveauté de la société sino-française qui a la côte (j’ai cru lire quelque part qu’elle se positionnait 3ème des ventes de mobiles ?), et souhaitant mettre au placard mon Blackberry professionnel pour retrouver le plaisir d’un smartphone un peu « fun », j’ai cassé ma tirelire et dépensé 199€. Aussitôt commandé, aussitôt reçu (introuvable dans les magasins physiques au moment de ma recherche), j’ai vite fait de découper ma SIM pour en faire un micro-SIM et de configurer mon nouveau téléphone pour recevoir les mails pros et persos. Un premier coup de téléphone dans un endroit où le signal n’est pas très bon me fait accuser le coup d’une qualité de son très moyenne… je mets ça sur le compte du réseau. Un autre appel à un autre endroit, mon interlocuteur se plaint de mal m’entendre, alors que dans le même temps le téléphone utilisé en « mains libres » dans la voiture ne donne aucun signe de mauvaise qualité : le coupable est trouvé : le micro, et même le haut-parleur.

Je réalise alors que malgré les nombreux tests et les multiples critiques lues sur ce smartphone, aucun (et aucune) n’évoque la qualité d’écoute… à tel point que je ne m’étais même pas posé la question. Pourtant, avant même de chercher un smartphone, soyons lucide : je cherchais un téléphone, qui sert à parler à des gens que ma voix seule n’attendrait pas. Finalement, on en oublierait presque qu’avant d’être prétendument malins, les smarphones se doivent de permettre une communication confortable et audible. C’est donc après ces quelques jours d’essai, que je me suis décidé à le renvoyer pour me faire rembourser.

Je ne remets pas en cause la qualité intrinsèque de la marque Wiko, je ne traite ici que du cas Wax, et plus précisément de celui que j’ai eu dans les mains. L’explication revêt donc différentes formes :

  • Le téléphone était défectueux, ou
  • Ce téléphone de conception chinoise utilisait une norme de son pays d’origine au niveau des qualités du micro (fréquences, …), et ces normes sont moins bonnes qu’en Europe (c’est grosso modo ce que j’ai lu sur un forum). La solution passerait donc par un changement de ROM (c’est le système interne, qui comprend le système d’exploitation et les différents pilotes et logiciels) en optant pour une version « occidentale ». Je n’ai pas eu envie de creuser cette hypothèse, mon Wiko étant sous garantie.

Finalement, j’ai donc acheté un Motorola Moto G (8Go), moins cher (169€), et à la qualité de son irréprochable. Son seul défaut est de ne pas avoir d’emplacement Micro-SD pour augmenter la capacité mémoire, mais pour le reste c’est un super smartphone (en Android 4.3, mis à jour en 4.4.2). Si vous parvenez encore à trouver ce téléphone qui commence à se faire rare en magasin, c’est un excellent choix !

 

65 ans de logiciels – 21 juin 1948

SSEM

Etant moi-même développeur logiciel, c’est toujours un sentiment étrange de réaliser que la « programmation » informatique est bien plus ancienne qu’on peut le penser au premier abord. J’utilise au quotidien une évolution d’un langage qui s’appelle le RPG et qui existe depuis 1969 (c’est tout de même 8 ans avant ma naissance), et ça me paraît bien loin, pourtant le premier logiciel (ou reconnu comme tel) aurait fonctionné le 21 juin 1948, il y a 65 ans.

La « Small-Scale Experimental Machine »  avait pour but des expérience scientifiques sur une forme primitive de la mémoire informatique. Ainsi « Baby » (elle avait été surnommée ainsi) disposait de 128 octets de mémoire. Le premier programme à s’exécuter dans la « mémoire » d’un ordinateur a donc eu pour but de trouver le « plus grand facteur propre de 2 à la puissance 18 (262 144) en essayant tous les entiers à partir de (2 puissance 18)−1 dans l’ordre décroissant » (Wikipedia), il lui a fallu 52 minutes.

Google a mis en ligne une vidéo (7min) pour fêter l’événement, elle est disponible ici. Pour plus d’infos sur la SSEM, vous avez toujours Wikipedia (lien juste au dessus), ou un article sur la naissance du premier logiciel ici.

Source : PCInpact

DNS + Numéricable + Netgear CBVG834G

Configuration Netgear
Admin du Netgear

Si comme moi vous rencontrez des problèmes de chargement de pages avec cette combinaison Netgear CBVG834G + Numéricable (abonnement fibre 100Mb en ce qui me concerne), j’ai peut-être enfin trouvé la solution (après des semaines d’incompréhension totale…).

Grâce à ce post sur un forum, je suis allé dans l’interface d’administration du routeur, dans la partie « Services », décochez la case « IP détection d’inondation » si elle est cochée. Dans mon cas cela a entraîné une résolution instantanée du problème.  Bien sûr si chez vous cette case n’est déjà pas cochée… je ne peux rien, désolé.

Merci à cet internaute (nommé « RE ») d’avoir partagé cette solution !