Plus jamais de 20% (1989)

Bientôt 30 ans. 1989, l’Olympia : concert de Berurier Noir. Lauran et Fanfan interpelle le public punk présent sur le score réalisé par le Front National aux élections… 20%.

2017, le FN est pour deuxième fois de son histoire au second tour des élections présidentielles. Que s’est-il passé pendant ces presque 30 ans ? Où est-ce qu’on a merdé ? Je suis la jeunesse de 89, j’étais trop jeune pour voter toutefois, à quelques années près. Je suis la jeunesse qui a connu la « montée » du FN jusqu’à son omniprésence sur la scène politique. Ce parti de menteurs qui ose dire qu’il est le premier de France. Pourtant n’ayant jamais voté pour lui, je ne pense pas être responsable de sa position actuelle. J’aurais plutôt tendance à blâmer les politiques menées par les « grands » partis. Et peut-être que ma faute est là : n’avoir pas su voir que les politiques libérales que je ne prenais pas la peine de combattre, n’imaginant pas leur effet pervers sur la démocratie, allaient mener à une destruction de « l’équilibre » des forces en France. Une France qui semble-t-il voit en Macron la continuité néo-libérale et en Le Pen la candidate du peuple qui sauvegarderait notre modèle social. Mais où avez-vous vu que le FN est un parti « social » ? C’est pénible de voir un parti comme le Front National porter les valeurs de solidarité. C’est bien sûr un leurre mais le prix  à payer pour révéler le supercherie serait leur arrivée au pouvoir… trop cher.

30 ans à se gaver. Voilà de quoi sont responsables les partis « traditionnels ». Ils ont pris pour acquise leur position au pouvoir, pensant que l’alternance et le bipartisme étaient clairement établis et qu’ils n’avaient plus qu’à se partager les sièges au fil des mandats. Ils n’avaient pas prévu que la trahison de F. Hollande serait aussi visible et que le candidat de la droite serait un menteur invétéré ayant grassement vécu toute sa vie sur le dos de l’argent public (pour un service rendu pour le moins discutable). Macron émerge de la mêlée, par le centre, là où d’autre ont essayé…

Voter ou ne pas voter. Blanc ou Macron. L’équation est vraiment difficile à résoudre et chaque jour mon avis change. Ne pas voter pour le FN est facile pour moi. Mais donner mon assentiment au programme (le quoi ?) d’un représentant du néo-libéralisme qui veut frapper plus fort avec une approche économique qui a déjà montré son inefficacité, c’est tout autre chose. Et dans 5 ans ? Pour autant, risquer d’avoir à la tête du pays un parti fasciste, homophobe et raciste, ça fout les jetons.

Voter ou ne pas voter. Encore une semaine pour me décider.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *