Dr Who, WTF?

Je n’avais jamais regardé Dr Who. Ni la très vieille série, ni la moins vieille et encore moins la récente (qui a une petite décennie quand même). J’avais quand même envie de m’y mettre parce que le concept sci-fi me branchait carrément. J’ai donc sauté le pas, avec la première saison dispo sur Netflix, c’est à dire la 5, avec Matt Smith et Karen Gillian.

le Doctor Who est un « time lord ». C’est un extraterrestre qui se ballade dans l’espace-temps, souvent dans le voisinage de la Terre qu’il semble décidé à protéger d’autres aliens moins sympas que lui. Il utilise pour cela un véhicule connu de tous, à savoir une cabine de Police nommée « Tardis ». La particularité historique de cette série est qu’elle a traversé les âges, des années 60 à nos jours en passant par les années 90 et le Docteur a donc changé avec les époques sans que cela ne nuise au récit, puisque son apparence n’est finalement pas l’essentiel. Dans cette saison cinq, il choisit comme sidekick la charmante Karen Gillian, ce qui convenons-en ne nuit pas à la série.

Avec un plot comme celui-là, la série pourrait être chiante comme la mort ou en tout cas super sérieuse scientifiquement tentant de justifier chaque voyage temporel par une équation quantique. Il n’en est rien, ici c’est de la sci-fi avec une grosse touche de n’importe-quoi scientifique. L’un des exemples les plus frappants est l’utilisation d’avions de chasse de la Seconde Guerre Mondiale pour attaquer près de la Lune un vaisseau spatial Dalek. Bien sûr, on explique qu’un appareil appelé « bulle de gravité » est installé dans les avions pour leur permettre de mener leur mission à bien, mais ça n’explique pas comment en moins de 10 minutes (temps restant avant la destruction de la Terre par les nouveaux Daleks) un monomoteur parvient à rejoindre la lune, et comment (gravité ou pas) il arrive à se propulser, et à voler dans le vide de l’espace… Scientifiquement, ça ne s’emmerde pas avec ces détails. Bien sûr ça reste une série télé et l’aventure est au rendez-vous mais si comme moi vous avez du mal avec ce qui ne tient pas un minimum debout, vous risquez d’être un peu décontenancé…

Il n’empêche que la série est attachante. Je viens de commencer le visionnage et un grand nombre d’épisode m’attend, mais d’ores et déjà je prends plaisir à voir Matt Smith et Karen Gillian aller d’aventure en aventure. Et puis les séries anglaises ont ce charme qu’on ne peut pas copier !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *