Négationnisme et réécriture historique

Ces derniers jour on balance pas mal sur Loràn Deutsch, du fait de son approche personnelle de l’Histoire et sa propension à militer en faveur du retour de la monarchie. Ajoutez à cela des soupçons de troll vigoureux et insultant à partir d’un compte Twitter bidon et vous avez la recette d’une croisade des internautes redresseurs de torts. J’ai du mal à me positionner sur le cas Deutsch parce qu’il semble lui-même s’être pas mal contredit (c’est un euphémisme) au fil des interview. Du coup, du haut de ma confusion sur ce personnage confus, je me tais.

Cependant, il y a différents degrés dans la révision historique. D’un côté les erreurs plus ou moins grossières sur les dates ou les circonstances de faits se déroulant il y a plusieurs centaines d’années, faits qui sont eux-mêmes vus au travers de prismes historiques ou culturels, et d’un autre côté la négation des crimes commis pendant la Seconde Guerre Mondiale. Rappelons-le, il y a encore des gens pour témoigner, et nous avons des documents à foison pour connaître assez précisément les faits.

Vice a creusé un peu le cas d’un négationniste Youtubeur franchement pas piqué des hannetons. Le gaillard a été plusieurs fois condamné et il est maintenant exilé en Angleterre où nier l’existence de la “solution finale” n’est pas condamné. Et dans son cas c’est difficile de parler de bêtise, puisque ce mec a été prof de maths et de physique-chimie… et pour être prof il faut quand même en avoir dans le citron. Bref, à part un dérapage mental (peu probable puisqu’il dit avoir “embrassé” les thèses nazis dès l’adolescence), j’ai du mal à comprendre comment on peut dépenser autant d’énergie à ça… je vous laisse juge…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.