Jean Rollin…

Ce gaillard a un parcours cinématographique peu banal. Ses premiers films (dans les années 70) baignaient dans une sorte de surréalisme où l’érotisme côtoyait le fantastique. Fin 70 et dans les années 80 il a eu besoin d’argent et a tourné beaucoup de films pornos (dont les titres comme « Défonce moi chéri » ou « Ma culotte est mouillée » laissent assez peu de place à la poésie), il est ensuite revenu à ses premières amours : « le film bizarre ». On notera d’ailleurs qu’il a fait jouer Brigitte Lahaie dans autre chose que des films osés, on aura pu remarquer qu’elle n’était pas si bonne actrice que ça… au passage.

Dans les films de Jean Rollin, vous verrez toujours une paire de seins. Mais surtout, vous aurez toujours droit à une mise en scène épurée, lente, sombre sans jamais être inquiétante. Certaines critiques voient même dans la façon de travailler de Jean Rollin une approche théâtrale du cinéma, pourquoi pas.

A titre personnel, le seul film que j’ai vu en entier (« réussi à regarder » pour être plus précis) est « La rose de fer », et je n’ai pas été subjugué par l’histoire, quasi inexistante en fin de compte. J’ai aussi pu admirer la fin de « La vampire nue », démontrant à quel point M. Rollin a un univers bien à lui.

Remercions Cine FX pour la diffusion régulière des films de Jean Rollin, absolument dispensables dans le fond, mais si l’occasion se présente, tentez l’aventure… pourquoi pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *